Le site dédié à l'appui des communes dans la gestion des risques
Filtre
  • Un incendie dans la centrale nucléaire de Paluel, près de Dieppe

    Un incendie s’est déclaré à la centrale nucléaire de Paluel, entre Dieppe et Fécamp, lundi 21 octobre 2013, en fin de matinée. De nombreux pompiers ont été mobilisés.edf paluel

    (source : 76actu) Une quarantaine de sapeurs-pompiers ont été mobilisés vers 11h30, lundi 21 octobre 2013, à la centrale nucléaire de Paluel, entre Dieppe et Fécamp, pour un incendie dans une salle des machines (dans la partie non nucléaire, au niveau de l’unité de production numéro 1, relate EDF). Un incendie, sur la toiture (vraisemblablement des étincelles lors de travaux de soudure), qui a été rapidement maîtrisé. 
    Un plan d’urgence interne a néanmoins été mis en place à 12h20 et levé à 13h15. Il n’y a pas eu de victimes, et l’unité de production est restée en fonctionnement, explique le service communication d’EDF, contacté par 76actu.

    La centrale de Paluel bénéficiera du « grand carénage »

    La centrale de Paluel est la première à bénéficier du « grand carénage » du parc nucléaire français, expression utilisée pour qualifier les travaux effectués afin de prolonger la durée de vie des réacteurs. Au total, c’est un plan de 50 milliards d’euros qui sera lancé afin de mettre les centrales aux nouvelles normes de sureté nucléaire établies à la suite de la catastrophe de Fukushima. Ces opérations de maintenance à grande échelle ont pour objectif final de prolonger à 60 ans la durée de vie des centrales françaises. À Paluel, les travaux se dérouleront de 2015 à 2018. Avec ses quatre tranches nucléaire de 1 300 MW, c’est la deuxième centrale nucléaire française après Gravelines (Nord). Elle assure 8 % de la production d’électricité française d’origine nucléaire.

  • Evenements extremes d'inondation : de l'étude de l'aléa à la gestion du risque pour les ouvrages hydrauliques

    Nous avons reçu un communiqué de la Société Française d'Hydrologie:

    La SHF offre une nouvelle occasion d'echange sur les questions liées aux événements extrêmes d’inondation (probabilité annuelle de dépassement inférieure à 10-3), en lien avec les modalités de gestion opérationnelle pour la sécurité publique et en particulier celles intéressant des ouvrages hydrauliques aussi bien fluviaux que maritimes.

     

    Ce colloque complète et actualise deux colloques récents de la SHF qui ont traité des événements hydrométéorologiques rares et extrêmes, et plus généralement d’inondations : en mars 2006, état de l’art des méthodes d’estimation de l’aléa hydrologique puis, en février 2012, les inondations centennales fluviales et maritimes et les problèmes d'amenagement du territoire induits.

     

    Les trois thèmes suivants structurent le programme :

  • Centrale nucléaire de Penly : Fuite sur une pompe primaire

    EDF a annoncé vendredi "un retour à la normale" sur le circuit de refroidissement du réacteur numéro 2 de la centrale nucléaire de Penly (Seine-Maritime), après un "incident" classé provisoirement de niveau 1 par l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) qui a conduit à l'arrêt du réacteur. Le réacteur a continué à refroidir toute la nuit et devrait être en "arrêt à froid" (permettant une intervention sur le circuit primaire de refroidissement) "peut-être ce soir" ou un peu plus tard dans le week-end, a indiqué vendredi à l'AFP Dominique Minière, directeur du parc nucléaire d'EDF. A l'origine de l'arrêt automatique du réacteur, l'incendie de deux flaques d'huile, précédant une fuite d'eau "sur un joint" de la pompe de refroidissement.

    En début de soirée du 5 avril, EDF a constaté une fuite d’eau anormalement élevée sur un des joints de la pompe primaire concernée par la fuite d’huile. Ceci a conduit l’ASN et l’IRSN à mobiliser leurs centres de crise. Le Centre technique de crise de l’IRSN a ainsi été activé peu après 20 heures.

     

    Ce même 5 avril 2012 vers 12 heuresles sapeurs-pompiers de Seine-Maritime étaient intervenus pour éteindre deux départs de feu dans le bâtiment du réacteur n° 2 de la centrale nucléaire de Penly. Ces départs de feu ont été provoqués par une fuite d’huile sur l’une des quatre pompes du circuit primaire, qui assurent la circulation de l’eau de refroidissement du cœur du réacteur. Ces incendies n’ont eu de conséquence ni sur le personnel ni sur l’environnement.

  • Encore un enfant attaqué par un chien

    Un enfant de deux ans a été hospitalisé à Paris dans un état grave après avoir été mordu par un chien de race Rottweiler samedi dans un village situé près d'Auneau (Eure-et-Loir), a-t-on appris mardi 25 mai 2010 de source municipale. Le 6 mai dernier, un autre bébé de 18 mois avait été attaqué mortellement par le berger malinois de la famille. Il s'agit des 5ème et 6ème décès survenus à la suite de morsures de chiens depuis juin 2008, date de la loi instituant le permis "de détention" des chiens dangereux.

     

    Rappelons que, depuis le 1er janvier 2010, tout propriétaire ou détenteur de chien dangereux doit être titulaire d'un permis de détention délivré par le maire de sa commune.